Archive de l’étiquette Du Coté Assurances Mutuelle Santé collective

Pardu coté ASSURANCES

Comment fonctionne une mutuelle pour une entreprise ?

Comment fonctionne une mutuelle pour une entreprise ?

A l’instar d’une mutuelle santé individuelle, la mutuelle d’entreprise, ou complémentaire santé d’entreprise, couvre les frais de santé, à la différence près que les cotisations sont partagées entre l’assuré et

Lire la suite

Pardu coté ASSURANCES

Du Coté Assurances MUTUELLE SANTE ENTREPRISE

 

NOUVELLE OFFRE SANTÉ COLLECTIVE À DÉCOUVRIR

Couvrez la santé de vos salariés,
et de leur famille.

Facile à mettre en place   et   un tarif  QUALITE / PRIX

Vous pouvez si vous souhaitez couvrir les conjoints et enfants de vos salariés !
La participation de l’employeur  est en général de 50% le minimum légal (voir plus suivant les conventions collectives )

Pour toutes les entreprises jusqu’à 100 salariés, découvrez la nouvelle offre intégrant une surcomplémentaire non responsable au choix des salariés..

contactez nous pour un devis

faites nous une demande par mail ducoteassurances@gmail.com

On s’occupe de tout.

 On rédige et envoie la lettre de résiliation pour vous.

Indécis, Hésitant ? On compare votre contrat avec le nôtre.

Pardu coté ASSURANCES

comment être mieux remboursé lors de dépassements d’honoraires chirurgicaux , comprendre …

La plupart de vos contrats complementaire sante sont devenus responsables

Le 1er avril 2015, le décret instituant la réforme des contrats responsables entre en vigueur.

les contrats de complémentaire santé devront respecter un nouveau « cahier des charges » pour conserver le « label » contrat responsable et solidaire. Par ce décret du 18 novembre 2014, le gouvernement vise à garantir aux assurés un meilleur remboursement des dépenses de santé – notamment en optique – et à limiter les dépassements d’honoraires des médecins.

les complémentaires santé sont obligées de s’inscrire dans le cadre réglementé de ces contrats dits « solidaires et responsables », si elles veulent conserver l’avantage fiscal accordé aux mutuelles sur ces contrats (contribution réduite à 7% du montant des cotisations, contre 14% pour les contrats non responsables).

Introduction de nouveaux plafonds de remboursement :

  • Remboursement intégral du ticket modérateur.  les complémentaires santé devront impérativement rembourser l’intégralité du ticket modérateur correspondant à chaque acte médical (c’est-à-dire la différence entre la base de remboursement de la Sécurité sociale, et le remboursement qu’elle effectue), sauf pour les frais de cure thermale et les médicaments dont le service médical rendu a été classé faible ou modéré.

Dans le cadre des contrats responsables, les complémentaires santé s’engagent à ne pas rembourser la participation forfaitaire de 1€.  cette somme doit être déduite du montant du ticket modérateur que rembourse votre mutuelle.

  •  Forfait journalier  hospitalier : sa prise en charge ne sera plus limitée à un certain nombre de jours (variable aujourd’hui selon les assureurs). Désormais elle sera illimitée, et devra couvrir l’ensemble de la période d’hospitalisation.
  •    Pour les produits d’optique, un plafond de prise en charge est fixé : entre 470 et 850 euros pour les lunettes, selon la complexité des verres, dont 150 euros maximum pour les montures en contrat individuel, et 100 euros maximum dans les contrats collectifs. Le texte fixe aussi des minima de prise en charge de ces équipements : entre 50 et 200 euros.

ce remboursement est limité à un équipement (deux verres et une monture) tous les deux ans. ( réduit à un an pour les mineurs, et pour ceux dont l’évolution de la vue justifie le renouvellement d’équipement)

  •  Dépassements d’honoraires pratiqués par les médecins qui n’adhérent pas au dispositif du « Contrat d’accès aux soins » (CAS) : leur prise en charge par les mutuelles sera limitée à 125% du tarif de la Sécurité sociale pour 2015 et 2016.  il sera abaissé à 100% en 2017.
    Pour les consultations de médecins adhérents au CAS, les remboursements ne seront pas soumis à une obligation de plafonnement.

Entré en vigueur en décembre 2013, le CAS permet aux médecins du secteur 2 (c’est-à-dire en honoraires libres) de bénéficier d’un allègement de charges sociales, en contrepartie de leur engagement à limiter leurs dépassements d’honoraires.

 les objectifs semblent aller dans le sens d’un meilleur remboursement pour les assurés, on peut craindre que ce soit exactement l’inverse qui se passe.

Notamment parce qu’on peut penser qu’une part importante des praticiens refusera de limiter ses dépassements d’honoraires, et donc sa rémunération. Dès lors, si l’assuré n’a pas la possibilité de consulter un autre médecin adhérent au contrat d’accès aux soins, il devra subir un reste à charge plus important, du fait d’un remboursement plafonné par sa mutuelle.

Si vous souhaitez maintenir un niveau de garantie élevée, notamment en honoraires chirurgicaux nous pouvons vous proposer pour une cotisation raisonnable de bons remboursements car une grande partie des praticiens dans le cadre d une hospitalisation n’adhère pas au CAS  vous pourrez vous renseigner sur la possibilité de souscrire une   SURCOMPLEMENTAIRE SANTE  contactez nous

Pardu coté ASSURANCES

Sites Santé utiles

Sites Santé utiles

AMELI – l’ASSURANCE MALADIE EN LIGNE

http://www.ameli.fr 
Retrouvez  toutes les informations pratiques concernants les soins et remboursements, la réforme de la santé, les démarches administratives, la prévention et vos droits. Et téléchargez les formulaires dont vous avez besoin.

DOCTISSIMO – 1er PORTAIL DEDIE A LA SANTE

http://www.doctissimo.fr
toute l’actualité santé avec le magazine santé Doctissimo, site médical  public. Découvrez les différentes rubriques santé, le guide des médicaments.

DENTALESPACE – 1er SITE DENTAIRE INDEPENDANT

http://www.dentalespace.com
tout savoir sur les dents. Description de la carte, problèmes de gencives, prothèse, chirurgie dentisterie esthétique, amalgame, composte, inlay, couronne, bridge, implants, détartrage, greffe, blanchissement, orthodontie.

PREVENTION BUCCO-DENTAIRE

http://www.ufsbd.fr
sur les site de l’Union Française pour la Santé Bucco-Dentaire des informations pratiques sur les principales règles bucco-dentaires, les soins dentaires, la prévention et ses coûts

Pardu coté ASSURANCES

ANI une complémentaire santé à vos salariés. Quels risques à ne pas être en règle ?

Complémentaire santé pour vos salariés –14/04/2016

Ce qu’il faut savoir…

Depuis le 1er janvier 2016, la loi vous impose de proposer une complémentaire santé à vos salariés. Quels risques à ne pas être en règle ?
et si on parlait des conséquences

Pardu coté ASSURANCES

ANI si on parlait des cas de dispense

A compter du 1er janvier 2016, l’ANI impose à toutes les entreprises de mettre en place une complémentaire santé pour tous leurs salariés…

Tous, pas vraiment, puisque l’article 11 de la loi Evin du 31 décembre 1989 donne aux collaborateurs déjà présents avant la mise en place de la couverture minimale, et dans le cas d’une décision unilatérale de l’employeur (DUE), la possibilité de refuser de souscrire la complémentaire santé obligatoire proposée. Sans compter les autres cas de dispense…

Un panier de soins minimal, à étudier de près

le coût de cette complémentaire santé collective est un frein pour certaines entreprises…  à proposer une couverture santé minimale à leurs salariés afin d’alléger au maximum cette nouvelle charge.

D’autre part, tous les contrats collectifs ne permettront pas d’étendre l’assurance souscrite par l’entreprise au conjoint et aux enfants rattachés. Il est donc important de vérifier cette information auprès de l’employeur pour être sûr que les proches sont bien couverts en cas de souci de santé. Si ce n’est pas le cas, le salarié peut conserver son contrat individuel pour son conjoint et ses enfants afin qu’ils continuent à bénéficier de ses garanties actuelles.

Pour ne pas avoir de mauvaises surprises lors de leurs remboursements, les salariés doivent être vigilants en comparant les garanties proposées par leur employeur avec celles dont ils bénéficient dans le cadre de leur contrat individuel. Si ces dernières leur apportent satisfaction, ils peuvent décider de maintenir leur contrat individuel, la complémentaire santé d’entreprise interviendra alors en tant que sur-complémentaire.

Il ne faut pas oublier également que d’autres salariés peuvent être dispensés d’adhérer à la complémentaire santé obligatoire de l’entreprise, et notamment les salariés déjà couverts par le contrat collectif de leur conjoint, les salariés en Contrat à durée déterminée (CDD), à temps partiel ou en contrat d’apprentissage… Et ce, dans les trois cas : accord d’entreprise, référendum, ou DUE. Autant de cas de dispenses au libre choix du salarié, si cela est prévu dans l’acte juridique ayant institué le régime de santé.  Tous les cas de dispense sont clairement présentés sur le site du gouvernement